Tout ce qui m’énerve

Bonjour/Hi. Le ratio inversé plastique-biscuits dans les emballages de biscuits. Les formules usées à la corde sur Facebook. La sollicitude des pharmaciens, depuis que l'État les autorise à facturer des services de consultation dès qu’on leur pose une question (même : «Est-ce que je peux payer mon dentifrice à cette caisse? »). Aspergillus pour l'ensemble de ses … Continuer la lecture de Tout ce qui m’énerve

Vendredi : )

Vendredi dernier, j’ai constaté à quel point la Québécoise et son conjoint vibrent encore et toujours pour la fin de semaine. Je dois à mon enseignante de sixième année, Francine Paquette, et à un dessin* de Charles Schulz qu'elle nous avait distribué, ma profonde affection du jeudi et du vendredi. Sous les traits d’un Snoopy … Continuer la lecture de Vendredi : )

De Dolan à Sauvé

Aujourd’hui, je rejoignais Marie-P. avec qui j’allais voir le dernier Dolan. Est-ce qu’un créateur peut se dire qu’il a réussi quand son nom est prononcé dans cette formule ? On ne dira jamais : « As-tu lu le dernier Tremblay ? » En fait, on le dit abondamment au sujet d’un ou deux autres, ce qui exclut d’office toute possibilité … Continuer la lecture de De Dolan à Sauvé

Une de plus

Ces jours-ci, je constate à nouveau combien j’aime changer d’âge. J’en connais qui, le jour de leur anniversaire, préfèrent oublier qu’elles existent. Ce passage implacable que leur rappellent collègues et proches, à coups d'appels téléphoniques, de courriels, de gâteaux cheapette acheté dans la distributrice de la cafétéria et de lunches en troupeau à la pizzeria … Continuer la lecture de Une de plus

Le plus beau des sentiments

J’ai des amitiés de longue date et des amitiés de très, très longue date. J’ai tissé la plus vieille, telle une tapisserie d’Aubusson, pendant des années. Elle enrichit ma vie depuis maintenant quarante-deux ans. J'aime parfois me reporter dans cette lointaine cour d’école et imaginer notre tête de préadolescente si un esprit passant pas là … Continuer la lecture de Le plus beau des sentiments

Jaaaaaanvier

On dit toujours que mars et novembre sont les mois les plus difficiles. Les trente-et-un premiers jours de l'année me semblent pourtant bien pires. Janvier est une page blanche devant laquelle on s’assoit après deux semaines de party, le souffle court et les mains gercées.  Je ne retiens souvent de janvier que les restes de … Continuer la lecture de Jaaaaaanvier

Et le paradis à la fin de vos jours

Décliner une invitation à un réveillon du Nouvel An est un exercice risqué. Surtout lorsqu’on refuse pour rester chez soi.

Dans la mémoire longtemps

Aujourd’hui, je me suis aperçue que j’avais vaincu le ver d’oreille le plus durable de mon existence. In Exitu Israel, de Egypto domus iaco dei populo barbaro. Certains vendredis, vers dix-sept heures, la fourgonnette de l’épicier du quartier se gare juste devant chez moi et déverse un hit de ma jeunesse, pendant que son conducteur … Continuer la lecture de Dans la mémoire longtemps

D’où nous sommes

Aujourd’hui, nous sommes rentrés d’une fin de semaine passée à Rimouski. Malgré le temps frais qui pince les joues, le ciel bleu piscine et le soleil bas de novembre nous donnent vaguement l’impression d’être en vacances. À l’aller, pendant que Pierre-Yves conduisait, je me suis demandé ce que deviennent les gens qui grandissent et vivent … Continuer la lecture de D’où nous sommes

Vintage et demi

Aujourd’hui, j’ai acheté une théière du Japon dans un bazar de Rosemont.Un groupe auquel j'avais adhéré sur Facebook faisait circuler depuis quelques jours la publicité des organisateurs, qui annonçaient un « bazar vintage ». Ce qu’un mot peut évoquer. C’est ce vintage qui m’a attirée dans un sous-sol d’église, un samedi matin froid de novembre. … Continuer la lecture de Vintage et demi