Fin de partie

L’an dernier, à cette date, je publiais le premier d’une cinquantaine de billets hebdomadaires qui relataient à peu près mon année 2016. J’ai expliqué ici le but de ma démarche.

Lire la suite

Trop

Je ne comprends pas Instagram. Chaque visite que j’y fais finit par me rappeler ce laps de temps, au salon de coiffure, où je feuillette des magazines en me maudissant d’avoir oublié mon livre. Lire la suite

Portrait (3)

On n’entretient pas la même relation avec ses voisins de côté et ceux d’en face. La rue, qui nous sépare comme une rivière, réduit les interactions à un geste de la main, un sourire et beaucoup d’observation. Lire la suite

Qui a volé l’Halloween?

Le 1er novembre 2016, la mort dans l’âme, j’ai fait une croix sur l’Halloween. Lire la suite

Entre Sherbrooke et Rock Forest

Aujourd’hui et hier, je participais au Salon du livre de l’Estrie. J’ai vendu un exemplaire de mon recueil en cinq heures de présence. Je n’ai donc pas atteint mon objectif de trois. Quand on se publie soi-même, on modère ses attentes. Lire la suite

Les étranges du deuxième

Aujourd’hui, nos nouveaux voisins du dessus emménageaient. Comme tous les gens de leur âge — c’est-à-dire la fin de la vingtaine —, ils avaient réquisitionné amis et parents proches pour hisser à l’étage électros, matelas et bureaux. Nous avons fui le branle-bas de combat en sortant de la ville pour la journée.

À notre retour, vers 21 h 30, les voix des déménageurs s’échappaient de la fenêtre ouverte du deuxième. Dans la cage d’escalier, les vibrations de basses et de ténors donnaient l’impression qu’ils étaient cent. Cette désagréable impression que des Wisigoths ont envahi mes terres. Assis devant le bulletin de nouvelles qui relatait les plus récentes sottises de Trump, nous ne pouvions ignorer l’animation et les clameurs au-dessus de nos têtes. Vers 23 h, nous nous sommes repliés dans notre chambre en fermant la porte.  Lire la suite

Autour de St-Laurent

Aujourd’hui, nous sommes allés au théâtre. Nous retrouvions pour l’occasion des amis qui nous avaient manqués et qui s’étaient abonnés quelques jours après nous. Sur ma recommandation, Caroline et Emmanuel avaient demandé les mêmes dates, cases horaires et critères de siège que nous. Avec quel plaisir nous nous sommes retrouvés assis côte à côte! Il n’y a pas à dire, certains guichetiers ont du flair. Lire la suite