Je ne suis pas un Mini-Wheat

La persévérance est au cœur de l’acte d’écrire, du mien. Le café, la méditation, le sommeil, le temps, long ou court, n’y peuvent rien. Dans mes heures sombres, j’ai parfois l’impression d’écrire plus vrai, mais je me trompe. Certaines de mes créations les plus riches sont nées d’expériences merveilleuses.  Lire la suite

Mariage de raison

J’ai acheté l’an dernier un ordinateur que je conspue pour y faire rouler des logiciels que je n’aime pas. L’installation du portable a connu divers ratés qui ont contraint les techniciens de mon fournisseur à y passer plus de temps que moi. Pendant qu’ils s’activaient à distance sur la machine, je poursuivais mon travail de façon fluide et détendue sur mon Mac. Du coin de l’œil, j’ai suivi leurs manœuvres de désinstallation et de réinstallation de Windows/Office/Windows/Office…

Lire la suite

Une journée au centre-ville

Aujourd’hui, je me suis rendue au centre-ville pour une formation en déontologie dans les bureaux de l’ordre professionnel dont j’envisage de devenir membre. Je n’ai pas encore décidé si je paierai les sept cents dollars de cotisation annuelle exigés pour ajouter quelques lettres au bout de mon nom. J’ai fait sans pendant quinze ans; en ai-je vraiment besoin pour les quinze années de pratique qu’il me reste?* Lire la suite

Ça ne sera pas long

Qui n’a pas vu passer sur son fil d’actualité ou dans les pages du journal un rappel récurrent du pouvoir de distraction des technologies et des réseaux sociaux ? Si notre part rationnelle est généralement d’accord avec le postulat, on ne prend pas vraiment le temps de comptabiliser toutes ces grenailles de temps qui s’envolent en vaines dispersions numériques. Ce qu’il faut, c’est une vraie démonstration en temps réel, comme celle que je me suis involontairement servie hier matin, alors que je devais terminer un travail et l’envoyer au client avant quinze heures. Lire la suite

Portrait (1)

1448025298-c-data-users-defapps-appdata-internetexplorer-temp-saved-images-roquet-grogne

Suzette Lavoie était un format réduit tout en nerfs et en tendons. Je ne comptais pas un an d’ancienneté aux cuisines de l’hôpital quand elle y fit son entrée au même titre que moi: aide en alimentation. Le regard torve, les mâchoires serrées, les gestes courts, mais précis, elle paraissait plus vieille que son âge, du moins à mes yeux de dix-huit ans. Son allure de roquet toujours prêt à en découdre compensait toutefois les années qu’on pouvait lui donner. J’imagine qu’il lui avait fallu du cran pour élever seule et sans éducation particulière deux enfants dont elle ne se plaignait jamais. Lire la suite