Amours, délices et magazines

Aujourd’hui, j’ai trouvé dans ma boîte aux lettres le premier numéro de mon abonnement au magazine The New Yorker. Probablement en panne de lectorat traditionnel (c’est-à-dire celui qui aime tourner des pages en papier), l’éditeur offre ces jours-ci à ses amis Facebook un abonnement de douze semaines à douze dollars. Comment pouvais-je refuser? En reconnaissant la … Continuer la lecture de Amours, délices et magazines

Écrire ou pas

Aujourd’hui, je constate qu’écrire est un muscle qui s’atrophie faute d’être exercé. Voilà trois mois que mon manuscrit, à peine visible sous une pile de dossiers, attend. Le sentiment que j'associe le plus souvent à l’écriture, depuis que je tiens un blogue, est celui de la culpabilité. Il s’invite à ma table dès le septième … Continuer la lecture de Écrire ou pas

Histoires napolitaines

J’ai terminé récemment un roman dont la narratrice souffre d’un criant manque de confiance en soi. Dans le troisième tome d’un récit échelonné sur cinquante ans, la pauvre héroïne partage la vedette avec une « amie » qui a connu une tout autre trajectoire de vie que la sienne et un amour de jeunesse qui lui fait … Continuer la lecture de Histoires napolitaines

Forcer à quitter

Aujourd’hui, j’ai constaté la grande impuissance de l’ourse moyenne devant ce qui lui apparaît comme une énigme technologique. Le vingt-et-unième siècle nous aura procuré cela : une panne d’électricité, une rupture de signal Internet ou un grain virtuel dans la bonne marche du quotidien suffit pour mesurer notre redoutable dépendance aux technologies, dans le sens le … Continuer la lecture de Forcer à quitter

Un jour à la fois

Au cours de l’année qui s’achève, j'ai lu deux journaux que m’avaient recommandés mon amie Marie-Claude et mon mari. Parmi la multitude de romans, d’essais, de recueils de nouvelles qui me font envie et qui attendent ou non leur tour sur ma table de chevet, il s’est trouvé que j’ai consacré plusieurs heures aux journaux … Continuer la lecture de Un jour à la fois

Courrier du cœur

J’éprouve un incommensurable plaisir à lire des œuvres rédigées dans le style épistolaire. Le fait que j’aie écrit et reçu une quantité innombrable de lettres n’y est sans doute pas étranger. Je n’ai jeté que récemment un stock de correspondance que j’avais laissé dans un tiroir de commode, chez mes parents. Les plus anciennes, datées … Continuer la lecture de Courrier du cœur

Chronique de Salon

  Québec, 14 avril 2016. Je n’ai jamais aimé fréquenter les Salons du livre. Trop d’enfants qui courent, trop de mémés qui traînent, trop de livres trop chers, trop de bruit, trop de toute. Puis je suis passée de l’autre côté des tables hautes et des tabourets bancals.   Depuis, je m’y amuse beaucoup plus. … Continuer la lecture de Chronique de Salon